La politique du CORAF/WECARD sur l’implication des jeunes en agribusiness | West Africa Agricultural Productivity Program

 

L’Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC) a une population de 433.200.000 habitants. Et dans cette proportion, les jeunes représentent 60% des chômeurs. Cette situation a donné lieu à une migration croissante des jeunes des zones rurales vers les zones urbaines et l'Europe à la recherche d'opportunités économiques et de meilleures conditions de vie. Ces jeunes optent pour de voies de migration à risque vers l'Europe à la recherche de meilleures opportunités. Un piège mortel avec plus de 3.770 noyés dans la mer Méditerranée en 2015 (Relief Web, 2016). À ce jour, l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) rapporte environ 206.400 migrants et réfugiés qui sont entrés illégalement en Europe par la mer en Juin 2016. Les décès sont estimés cette année à 2809 contre 1838 les six premiers mois de 2015 (IOM, 8 juin 2016). Une majeure partie de ceux-ci sont des ressortissants Africains. D'autres jeunes désespérés sont également tentés de rejoindre les gangs et se livrer à des actes terroristes, ce qui reste une source de préoccupation majeur dans de nombreuses régions de l'Afrique de nos jours. Une situation qui handicape fortement les perspectives de stabilité et de développement socio-économique de la sous-région. La faiblesse structurelle et la diversification extrêmement limitée des économies de l’AOC constitue une contrainte majeure pour la création d'emplois afin d’absorber le nombre croissant de jeunes entrants sur le marché du travail.

En outre, le chômage des jeunes pourrait également être considéré comme une grande opportunité, s’ils sont habilités à devenir un moteur du développement économique. Néanmoins, les jeunes et les femmes, font face à des défis majeurs, notamment: l'accès insuffisant à la connaissance et la recherche; l'information et l'éducation limitées ; un manque de compétences, d’apprentissage et des possibilités de stage ; l’accès insuffisant aux services financiers ; accès limité aux marchés ; et une participation limitée dans le dialogue politique. Ces défis constituent des domaines prioritaires d’intervention afin d’exploiter ce capital et potentiel au profit de l’entrepreneuriat agricole pour la création d’emplois et de la richesse et par conséquent freiner la migration.

L'agriculture moderne a un potentiel considérable pour la création d'emplois et peut absorber un grand nombre de jeunes migrants qui s’entassent actuellement dans les villes sans emplois. Faire des choix éclairés au profit des investissements en matière d'emploi à forte potentialité dans le secteur agricole et non agricole en milieu rural peut créer des possibilités d’emploi à court terme au profit des jeunes. Combiné avec des stratégies appropriées de développement économique local, ceci peut générer de nombreux emplois et de façon durable. Cela nécessite des stratégies pour faire de l'agriculture une option suffisamment attractive pour les jeunes, au-delà de l'agriculture de subsistance, et l'introduction de la commercialisation et l'amélioration de la productivité grâce à des technologies améliorées et des infrastructures de soutien.

Dans ce contexte, depuis 2008, le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF/WECARD) , a  lancé l'initiative régionale intitulée " Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest " ( PPAAO ), financé par la Banque mondiale , afin de générer de nouvelles technologies agricoles, la réduction de la pauvreté et la promotion de l'intégration économique.  Le PPAAO est financé à hauteur de 457 millions USD par la Banque mondiale avec le soutien de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dans 13 pays. Après 7 années de mise en œuvre, le programme a (i) atteint 5,797,396 bénéficiaires directs, environ 30 millions de bénéficiaires indirects dont 45% des femmes ; (ii) généré 160 technologies induisant l’augmentation de rendement de 30% à 150 % qui sont en cours d'adoption par 2.835.718 transformateurs et producteurs sur 3,094,170 hectares. Par ailleurs, huit centres nationaux de spécialisation sont établis et plus de 1000 jeunes chercheurs sont formés en PhD et MSc.

En 2013, le CORAF / WECARD a lancé un programme en faveur des jeunes visant à soutenir les jeunes Entrepreneurs agricoles « Agripreneurs » grâce à la diffusion des technologies agricoles du PPAAO. Cette série de projets visant à accroître l'utilisation des résultats de la recherche scientifique en tant que source de nouveaux emplois basés sur la connaissance, en particulier pour les jeunes. Quinze (15) technologies prometteuses sélectionnées ont été diffusées sur les canaux Web librement disponible sur YouTube et les réseaux de médias sociaux. En outre, afin de promouvoir les opportunités entrepreneuriales, le CORAF/WECARD a mener des activités de renforcement de capacités tout au long de la chaîne de valeur agricole. Ces activités couvrent plusieurs aspects de la pré-production liés à la production animale, la production végétale et la pêche, et de post- production liée à la transformation des produits agricoles / pêche, l'étiquetage des produits, le marketing et l'accès au marché.

Le CORAF/WECARD et ses partenaires sont déterminés à explorer toutes les possibilités pour la mise à l’échelle et la diffusion de ces technologies agricoles en fournissant des formations axées sur la demande, ce qui contribuera à améliorer l'employabilité des jeunes. L'un des résultats ciblés par le CORAF/WECARD est de générer une dynamique d’entreprenariat locale dans le secteur agricole qui indirectement stimulera la diversification des économies locales et donc contribuera directement à la transformation de l'agriculture en Afrique de l’Ouest et du Centre. Les interventions du CORAF/WECARD sont orientées autour de trois piliers fondamentaux à savoir: (i) la mise en pratique des résultats de la recherche , (ii) Renforcement des partenariats Recherche- Secteur privé , et (iii) Création d' un environnement favorable à l'esprit d'entreprise agricole.

Partnership