La moisson est belle pour le Mali à double titre. Non seulement le pays a dépassé les 2,4 millions de tonnes de riz, un record pour la campagne 2015/2016, mais il a réussi également la prouesse de passer au second rang des meilleurs producteurs de riz en Afrique de l’Ouest, derrière le Nigéria, grâce au rôle déterminant du PPAAO.

Les autorités maliennes qui se réjouissent de leur performance, après avoir atteint une production de 2,451 millions de tonnes de riz, saluent le rôle déterminant joué par le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), coordonné par le CORAF. La contribution du PPAAO s’est traduite par l’introduction de nouvelles variétés performantes telles que le NERICA via le CNS Riz de Niono, et à travers la diffusion du SRI (Système de riziculture intensive) dans les  bassins rizicoles du pays.  Ces technologies et innovations issues de la recherche sous régionale ont permis de porter les rendements entre 7 et 8 tonnes à l’hectare, là où d’habitude, ils atteignaient rarement les 5 tonnes à l’hectare.

Les performances réalisées par le pays sont aussi à mettre au crédit du volontarisme politique du gouvernement malien qui a décidé lors du lancement de la campagne agricole 2014-2015 de consacrer 15 % du budget national au secteur de l’agriculture et de subventionner le sac d’engrais de 50 kg en le cédant aux producteurs à 11 000 francs Cfa, alors que le prix sur le marché oscille entre 14 000 et 15 700 francs Cfa.

Les actions du PPAAO entrent donc en droite ligne des objectifs du gouvernement malien qui veut atteindre l’autosuffisance alimentaire en riz.

Au Mali, le PPAAO est très actif. Il y a seulement trois ans,  le programme a permis au pays de fournir pour le compte de la campagne agricole 2015/2016, 110 tonnes de semences certifiées au Libéria et à la Sierra-Léone, dont 12 tonnes au titre des dons, après l’épisode douloureux de l’épidémie hémorragique à virus Ebola.

Le PPAAO travaille également dans le pays sur d’autres spéculations comme les semences de pomme de terre, les tomates formosa et les céréales sèches (maïs, mil, sorgho, etc.) en tant que cultures d’accompagnement du riz.

Partenaires